Sommaire

Traditionnellement à bois, le poêle faïence est un appareil de chauffage à combustion enfermée. De type "à inertie" ou "à accumulation", ces générateurs autonomes accumulent la chaleur produite par une flambée vive mais courte, pour la restituer lentement lorsque le feu est éteint.

Les poêles faïence se distinguent par la diversité infinie de leur forme et une personnalisation sans limites.

Les deux principaux types de poêle faïence

Optimal pour la fabrication industrielle, le poêle faïence à inertie

Le poêle faïence à inertie est moins lourd, moins volumineux, mais nécessite des séquences de feu plus fréquentes, car son pouvoir de stockage est nettement plus réduit.

Il peut être constitué :

  • d’éléments, en faïence, préfabriqués par moulage, dont la surface de finition lisse (glaçure), reçoit une teinte unie ou des motifs de décoration vernissés ;
  • de fonte, au foyer recouvert ou revêtu d’une couche de faïence dont, l’épaisseur conditionne la capacité de stockage (de 3 à 12 heures) et la fonte, plus conductive, assure le réchauffement rapide de la pièce.

Poêle faïence à accumulation : une tradition d’efficacité et de beauté

Né en Europe de la raréfaction du bois de chauffage, absorbé par l’évolution de l’erre industrielle, le poêle faïence à accumulation (ou poêle de masse) peut assurer une température de confort, 24 heures durant, au moyen de seulement 2 à 4 heures de flambée.

Capacité de stockage : le rendement utile

La capacité d’accumulation est directement liée à 2 paramètres principaux :

  • le poids de faïence utilisée pour son édification (entre 1 000 et 6 000 kg) ;
  • la surface d’échange thermique du trajet des gaz de combustion (le rendement utile augmente proportionnellement à l’abaissement de la température des fumées).

 

Production et finitions du poêle faïence

Une production artisanale pour 3 types de fabrication

Œuvre d’artisans spécialisés par un cycle d’études et d’apprentissage de 3 à 5 ans, trois modes de fabrication prévalent :

  • éléments préfabriqués, plus ou moins structurés, livrés et montés in situ, à la façon d’un jeu de construction ;
  • poêle choisi sur le catalogue, construit in situ, en briques de faïence et revêtu de carreaux de faïence décorés ;
  • poêle bâti en briques de faïence, selon un projet original imaginé par le client et conçu par l’artisan poêlier.

La finition extérieure est personnalisable à souhait, à l’aide de carreaux de faïence

Cette particularité des parements en faïence est l’une des signatures esthétiques du poêle faïence. Ils peuvent être :

  • Contemporain ou traditionnel, fluide et épuré, très structuré voire alambiqué, tous les styles architecturaux sont envisageables, pour ces volumes parfois monumentaux.
  • Les carreaux aux décors émaillés ou vernissés se prêtent à toutes les teintes, toutes les audaces et tous les intérieurs. Ils constituent un élément clé de décoration et de personnalisation de l’habitat.

Poêle faïence : une chaleur douce et homogène, en toute sécurité

La diffusion progressive de la chaleur concilie une faible convection (± 30%) et un fort rayonnement (± 70%). Dans une pièce correctement isolée, cette chaleur enveloppante provoque une sensation de confort intense en évitant le désagrément des pieds froids, les courants d’air créés par la convection et les strates thermiques de température (différentiel de seulement 1 à 2°C entre le sol et le plafond).

Poêle faïence, économique et écologique

Les poêles faïence à inertie sont économes en combustible (quelques heures par jour). Toutes choses égales, par ailleurs, la forme de chaleur qu’ils dégagent permet d’abaisser de 2°C la température de confort de la pièce, soit, d’après l’ADEME, une économie de 14%. Ils sont, enfin, souvent dotés d’un système de combustion secondaire des substances imbrûlées. Ce dispositif permet l’accroissement du rendement (jusqu’à plus de 90 % sur PCI).

Bilan final financier et écologique :

  • fortes économies d’énergie ;
  • combustible renouvelable issu de la biomasse ;
  • tirage naturel indépendant d’une source électrique ;
  • encrassement pratiquement inexistant du foyer et des conduits de fumisterie : l’obligation annuelle de ramonage est ainsi supprimée (seule une visite de contrôle est obligatoire) ;
  • fumées peu chargées en calories ;
  • diminution drastique des rejets polluants.

Poêle faïence : des avantages qui ont un coût

Les poêles faïence sont chers. Neufs ou anciens rénovés, les poêles de masse constituent l’excellence du genre. Ils doivent être considérés comme un investissement sur l’avenir.

Les prix sont fonction de la puissance, de la capacité d’accumulation, du mode de fabrication, de la renommée de la marque ou du concepteur et de la qualité du parement :

  • Poêle à inertie de série de 500 kg à 1 000 kg : entre 2 500,00 et 12 000,00 TTC, hors installation.
  • Poêle de masse bâti de 1 000 à 6 000 kg : à partir de 8 000 € TTC, montage inclut et sans limitation de prix.

Les poêles faïence sont soumis :

  • Aux normes NF EN 15544 « Poêles en faïence, poêles en maçonnerie fabriqués in situ : dimensionnement » et NFD 35-376 de janvier 1992 : caractéristiques et essais
  • Au DTU 24.2-2 de novembre 1990 : Foyers fermés et inserts. Dérogations accordées à certains fabricants pour utiliser des procédés nouveaux non répertoriés (ATEX).

Pour aller plus loin :

Poêles et cheminées

Poêles et cheminées : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur les différents types de poêles
  • Des conseils sur l'achat et les matériaux
Télécharger mon guide