Comment choisir son poêle à bois ? 9 conseils

Le bois est une énergie renouvelable qui n'émet pas de CO2. Les appareils de chauffage au bois promettent aujourd'hui de bons rendements et des émissions de monoxyde de carbone réduites. Pour ces raisons, les poêles ont le vent en poupe. Mais comment choisir son poêle ?

En deux mots, il existe deux types de poêles à bois : à bûches et à granulés qui possèdent chacun leurs qualités et leurs défauts. D'autres alternatives sont proposées comme les poêles de masse ou les poêles nordiques. Enfin, les normes et labels sont un excellent indicateur pour vous garantir un meilleur rendement.

Voici 9 points à aborder pour choisir le poêle à bois le plus adapté à vos besoins.

Chauffer toute la maison ou chauffage d'appoint ?

Pour assurer un bon confort de chauffe, Il faut compter 0,04 kW par m3. À l'exception des poêles dits de masse, les poêles à bois peuvent difficilement chauffer tout un logement.

Les poêles à bois sont en revanche utiles en complément d'un autre mode de chauffage ou en remplacement d'un vieil appareil électrique par exemple.

Quel qu'il soit, le poêle diffuse la chaleur :

  • par convection au travers de conduits qui propagent la chaleur dans d'autres pièces ;
  • ou par rayonnement qui transmet la chaleur via sa paroi aux murs environnants.

Il est conçu en acier ou en fonte, laquelle offre l'avantage de conserver plus longtemps la chaleur.

Lire l'article Ooreka

Poêle à granulés : la version moderne du poêle à bois

Les poêles à granulés sont les plus prisés en raison de leur autonomie, de la possibilité d'une alimentation automatique, d'une régulation et même d'une programmation.

L'installation d'un poêle à granulés, comme celle d'un poêle à bûches exige l'existence d'un conduit de cheminée restauré par un tubage en inox. Si le logement ne dispose pas de conduit, une installation en ventouse est préconisée.

Quant à l'alimentation du poêle en combustible :

  • Un réservoir à granulés permet d'alimenter automatiquement le poêle pendant une semaine complète, encore faut-il avoir la place pour l'installer près de la maison.
  • En cas d'alimentation manuelle, le stockage des sacs de granulés, dans un endroit sec, est à prévoir également : il faut environ 65 sacs pour une tonne de granulés.
Lire l'article Ooreka

 

 

Le poêle à bûches pour l'amour du feu

Si vous souhaitez conserver un charme à l'ancienne et le plaisir de voire les flammes lécher le bois dans l'âtre même sans une cheminée, vous pouvez décider d'installer un poêle à bûches.

Tout d'abord, il est nécessaire de réfléchir à la taille du foyer, car c'est elle qui déterminera celle des bûches et le prix du bois. En effet, plus vous faites couper court le bois, plus il est cher.

Les dimensions du poêle et de son foyer déterminent également l'autonomie de votre appareil, qui peut aller de 5 à 12 heures.

La vision du feu avec porte vitrée reste l'atout de ce type de modèle et la montée rapide en température est un gros avantage, mais il faut pouvoir stocker les bûches.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Quel modèle de poêle choisir pour un meilleur rendement ?

Les modèles traditionnels, les plus anciens, sont peu à peu délaissés car leur rendement minimal est trop faible pour obtenir un crédit d'impôt : de nos jours, 70 % de rendement est le minimum exigé.

Afin d'atteindre ce rendement, il faut une arrivée d'air secondaire qui permet de brûler les gaz résiduels. Cette deuxième phase de combustion est d'ailleurs celle qui génère le plus de chaleur.

  • Le poêle turbo améliore sa combustion grâce à un apport d'air secondaire avec une seule chambre.
  • Les poêles à double combustion fonctionnent avec une même prise d'air répartie sur deux entrées différentes. Ils sont plus performants car ils comportent deux chambres de combustion distinctes dont l'une à l'arrière.
Lire l'article Ooreka

 

Le poêle de masse pour un très bon confort thermique

Les poêles de masse assurent un excellent confort thermique en affichant un rendement jusqu'à 90 %. Ils se révèlent très économiques car rien qu'avec une flambée de 2 à 3 heures, ils chauffent pendant 24 heures.

Ils se composent :

  • d'un foyer en béton ou en briques réfractaires ;
  • d'un habillage en granit, faïence, grès ou encore briques de terre compressées.

Il existe les versions traditionnelles ou celles plus modernes qui peuvent même être équipées de portes vitrocéramiques pour pouvoir admirer les flammes.

Seul inconvénient, les plus légers de ces poêles pèsent plusieurs centaines de kilos… Inutile de préciser qu'il est donc préférable d'étudier la portance du sol qui l'accueille !

Lire l'article Ooreka

Le poêle nordique, une variante du poêle de masse

Les poêles nordiques, également appelés poêles scandinaves, sont habillés de céramique ou de pierre réfractaire, des revêtements à forte capacité calorifique qui améliorent l'inertie thermique du poêle.

Ce type de poêle fonctionne par rayonnement, ce qui atténue la sensation d'assèchement dans la pièce. Les modèles haut de gamme disposent d'un contrôle automatique de l'air qui amène à la combustion.

Ces poêles offrent jusqu'à 85 % de rendement et certains peuvent même être équipés en partie haute, d'un compartiment four pour une double fonction.

Lire l'article Ooreka

Privilégiez un fonctionnement à plein régime

Pour un rendement optimal, le poêle doit fonctionner à pleine puissance car les performances se dégradent dès que le poêle fonctionne au ralenti.

Dès que le rendement chute, le poêle s'encrasse, ainsi que le conduit d'évacuation des fumées. Il est donc préférable d'avoir un feu puissant dans un petit foyer qu'un feu au ralenti dans un grand foyer.

Les poêles doivent présenter une plaque signalétique qui indique, entre autres :

  • la puissance nominale ;
  • le rendement ;
  • le taux d'émission de gaz carbonique ;
  • la température des fumées.

Fiez vous au label Flamme Verte

Le label Flamme Verte, créé par les fabricants d'appareils de chauffage et par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), distingue les appareils selon leur niveau de performance et leur émission de polluants.

Pour être éligible au label Flamme Verte au niveau 5 étoiles, un poêle à bûches doit avoir :

  • un rendement minimal de 70 % ;
  • un taux de monoxyde de carbone de 0,3 % maximum ;
  • des émissions de particules fines inférieures à 90 milligrammes par mètre cube.

Les poêles à bûches 6 étoiles ont :

  • un rendement fixé à 75 % ;
  • un taux de monoxyde de carbone à 0,15 % ;
  • des émissions de particules fines à 50 milligrammes.

Choisir les bonnes essences

Qu'il soit débité en bûches ou en granulés, le bois doit être stocké au sec dans un endroit bien ventilé. Pour les bûches, le temps de séchage doit être de 2 ans, et surtout pas sous une bâche en plastique où il risque de pourrir.

Certaines essences sont plus adaptées que d'autres pour augmenter le rendement. Ainsi, les bois durs, comme le chêne, le hêtre, l'orme ou le noyer conviennent parfaitement. Les bois tendres, comme le saule ou le peuplier peuvent servir au démarrage du feu car ils brûlent vite. À éviter : les résineux qui encrassent les conduits.

 

Ooreka vous en dit plus

Choisir son poêle c'est aussi réfléchir à son bois de chauffage. Bûches ou granulés ? Vous avez encore des questions ? L'essentiel en un guide pratique téléchargeable gratuitement, c'est seulement chez Ooreka ! Vous n'avez qu'à cliquer ici : Guide des poêles et cheminées.

Savez-vous quelles sont les 10 causes d'incendie domestique les plus fréquentes ? Ne négligez pas la sécurité et apprenez à réagir selon l'origine du feu en cas d'incendie.

Allez encore plus loin avec nos fiches pratiques :

Poêles et cheminées

Poêles et cheminées : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur les différents types de poêles
  • Des conseils sur l'achat et les matériaux
Télécharger mon guide